> Retour à la liste des enchères

product image
product image

Ardhanavishara

Meilleure enchère 600.00
Mise à prix 400.00
Dernier Enchérisseur
De Saporta
Temps restant :
2017-05-26 04:04:00

Description de l'oeuvre

Ardhanavishara

Manisha Jha

Communauté du Mithila

Acrylique sur toile, Format 65 cm x 92 cm

Ce que nous dit Manisha Jha de son oeuvre :

‘‘ Grâce à mes peintures, j’ai déjà eu la chance de beaucoup voyager mais jamais une ville n’a su évoquer en moi des impressions aussi fortes en si peu de temps. Je ne serai pas originale en disant que la construction progressive de la cité autour de ses deux fleuves a forgé l’identité de la ville. Mais pour moi, cette réalité n’est pas seulement géographique. J’y ressens d’abord l’expression d’une puissance qui a su maitriser l’impétuosité de cours d’eaux fantasques, de la même manière que, selon notre mythologie, la divinité Shiva a su par la force de ses cheveux maîtriser la puissance dévastatrice du Gange, le plus important fleuve de l’Inde, afin qu’il ne détruise pas tout sur son passage.

A Lyon, il me plaît de penser que cette puissance suprême est Ardhanarishawara, c’est-à-dire l’union du principe masculin transcendant (purusha) et du principe féminin (shakti) ou énergie à la source de toute création. J’imagine qu’Ardhanarishwara est au cœur d’un arbre de vie qui plonge ses racines aux fondements de l’histoire du monde, lorsqu’un petit poisson nommé Matsya, premier de nos dix ‘‘avataras’’, nous aurait sauvé du déluge… Oui, c’est en cela que Lyon m’a vraiment marquée. En chaque lieu et à chaque instant, un fragment de notre mythologie m’apparaît comme si nous appartenions à un monde unique. C’est sûrement pour cela que je me suis immédiatement sentie à l’aise. Le funiculaire qui mène à Fourvière, la Tour Rose que j’imagine jaune, tous ses touristes attablés sur les terrasses du quartier Saint-Jean, l’incroyable architecture du Musée des confluences… Jamais, je n’oublierai cela.

Je n’oublierai pas non plus que, dans cette ville de Lyon en 2016, Reena, Sushila et moi-même, trois femmes artistes de trois régions indiennes différentes, tentaient de suivre les pas d’un guide passionné pour que leurs peintures soient découvertes en de nombreux endroits de la ville…

Qui est Manisha Jha ?

Manisha Jha, née en 1968, passe sa jeunesse à Satlakha (au Nord de l’Etat du Bihar) où sa mère et sa grand-mère, de la caste brahmine des Maithil, lui transmettent la pratique de leur art. A la fin de ses études, Manisha devient architecte. Grâce à la maîtrise conjuguée des langages picturaux traditionnels et la pratique de l’architecture urbaine, Manisha apporte un souffle particulièrement créatif à l’art contemporain indien ; elle est reconnue pour l’inventivité de ses recherches autour de l’arbre de vie. Manisha a fondé une école de peinture à New Delhi. Elle a déjà exposé en Europe. Au cours de l’été 2015, elle a représenté la peinture rituelle de l’Inde aux rencontres de Santa Fé (USA). A son retour, elle a participé à une exposition à Moscou. En 2016, elle est venue pour la première fois exposer ses œuvres en France grâce à l’association DUPPATA avant de rejoindre à nouveau le Nouveau Mexique où un extrait d’une de ses œuvres a été décliné comme logo pour l’édition de l ‘‘International Folk Art Market’’. En 2017, une partie de ses œuvres circule en France, en Italie et en Suisse pour une exposition itinérante consacrée au Ramayana (une des grandes épopées hindoues) .